Manifestation 100% de logements sociaux pour le PPU de l’Assomption Nord

Montréal– Le 12 avril 2017 avait lieu une manifestation pour exiger 100% de logements sociaux dans le cadre du projet particulier d’urbanisme de l’Assomption Nord. Organisée par Infologis et le Comité BAILS, la manifestation visait à dénoncer un projet jugé gentrificateur pour ce secteur de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Plus de quatre-vingt personnes étaient présentes à la manifestation.

Ce projet qui doit s’étaler sur 20 ans devrait mener à la construction de 3000 nouveaux logements et accueillir près de 4400 nouveaux résidents et résidentes. Or, il semble que la Stratégie d’inclusion de la ville de Montréal qui prévoit un maigre 15% de logements sociaux ne s’appliquera pas pour le PPU à l’ensemble des 3000 logements, mais uniquement à la moitié d’entre eux.

Rappelons qu’à la suite du dépôt d’un mémoire conjoint du Comité BAILS et d’Infologis portant sur le PPU de l’Assomption Nord, une demande de rencontre a été faite avec le Maire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard et du Responsable de l’habitation, de l’urbanisme, de la gestion et de la planification immobilière à la ville de Montréal, Russel Copeman. Une rencontre est prévue le 20 avril entre Réal Ménard et des membres des deux comités logement et nous n’avons reçu aucune réponse de la part de monsieur Copeman. Et bien que le Maire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve ait montré une certaine ouverture en acceptant de nous rencontrer, rien n’indique qu’il sera en mesure de répondre à notre demande quant au 100% de logements sociaux.

«Si nous demandons 100% de logements sociaux pour le PPU de l’Assomption Nord, c’est qu’il reste peu de terrains disponibles dans l’arrondissement. Des terrains aussi vastes sont inexistants ailleurs dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve», indique Émilie Lecavalier, co-coordonnatrice au Comité BAILS. De plus, les besoins en matière de logements sociaux sont impérieux dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. En effet, «dans le quartier Mercier-Ouest, 34% des locataires payent plus de 30% de leur revenu pour se loger, soit 4285 ménages locataires, et dans Hochelaga ce taux monte jusqu’à 35,6%», rappelle Alexandre LeBlanc, agent de recherche à Infologis de l’Est de l’île de Montréal. «Le logement social est l’unique moyen de répondre aux besoins des gens du quartier et, tel qu’il est conçu présentement, le PPU de l’Assomption Nord rate la cible».